Accueil arrow Un message arrow Témoignages arrow Tout pour être heureux

Pascal Lajoux

Tout pour être heureux ...

Pascal Lajoux (Charvieu)

Fils unique, je viens d'une famille de tradition catholique. Mes parents, restaurateurs, n'ont jamais eu une réelle vie d'église mais ils ont toujours eu une certaine déférence envers leurs habitudes religieuses. C'est ainsi que je me retrouvais à « faire mon catéchisme ».

Je fis une sincère rencontre avec mon Dieu au cours de la retraite spirituelle précédent ma communion solennelle. Cependant, adolescent, je ne continuai pas dans cette direction car je n'avais pas trouvé ce qui me manquait dans l'église catholique.

Je fis des études universitaires en biologie où l'on se préoccupait plus de savoir de quel animal l'homme descendait que de connaître notre sauveur. Au cours de ces études, je fus très troublé par l'absence d'honnêteté intellectuelle. Plusieurs fois un professeur renommé, nous transmit une théorie, en soutenant sa véracité sans y apporter de preuve et même en affirmant qu'elle n'avait jamais eu de confirmation expérimentale.

C'est alors que le cuisinier du restaurant de mes parents se convertit. J'avais 19 ans. Il était arrivé quelques années plus tôt, ayant une vie dissolue. Et là, devant mes yeux, en quelques jours, je ne le reconnaissais plus. Il parlait sans cesse de Dieu. Nos longues discussions dans la cuisine du restaurant, seul endroit tranquille, furent acharnées. Les arguments fusaient entre nous. Pendant 2 ans, la situation n'évolua pas, du moins à vision humaine, car dans le secret de mon cœur, il y avait un besoin de connaître ce qui motivait une si grande foi en ce Dieu dont on niait l'existence à chacun de mes cours.

De plus, sans avoir une enfance malheureuse, j'avais souffert de solitude car le métier de mes parents n'était pas pour favoriser la vie de famille. J'avais comblé ce vide par une activité sportive intense qui n'arrivait pas à me satisfaire totalement.

Ce désoeuvrement atteint son summum cet été de 1986. Les vacances finissaient et l'une de nos longues discussions se termina par cette phrase un peu agacée : « Pascal, je te parle du Seigneur depuis tout ce temps-là, va donc te rendre compte par toi-même ». Ce que je fis, un peu par curiosité, un peu aussi parce que je voulais savoir. Je désirais relever le défi.

J'allai donc à ma première réunion et j'entrai dans cette petite salle, toute en couloir, aux néons blafards, qui n'avait vraiment rien pour m'attirer. Pourtant je ressentis un Amour que je n'avais jamais expérimenté. Il était palpable et je buvais cela comme un homme sorti d'une longue traversée du désert. J'étais étourdi tellement cela me frappa. Mon seul désir était de partager ce que tous ces gens avaient et qui me manquait tant. Je m'assis pour entendre la prédication et c'est tout naturellement que je me levai à l'appel. Le message parlait de l'Amour de Jésus Christ pour chacun d'entre nous, juste ce qui manquait à ma vie. Nous étions le jeudi 25 Août 1986.

Le Dimanche suivant, j'annonçai à mes parents que j'allais au culte. Après 10 ans d'athéisme, ils eurent un choc. Ma mère qui me connaissait bien pronostiqua que 3 mois me suffiraient pour faire le tour de cette nouvelle « lubie ». Elle m'avait vu tant de fois ne pas aller jusqu'au bout de ce que j'entreprenais.

Après 20 ans, je ne regrette toujours pas la décision que j'ai prise pour le Seigneur ce jour-là. Il a été fidèle à chaque instant. J'étais fils unique, mais maintenant j'ai une grande famille. Je manquais d'Amour et Dieu me comble à chaque instant. Dieu me garda de situations périlleuses que j'ai rencontré sur les routes. Jamais il ne m'a abandonné, renouvelant sans cesse ses promesses, n'oubliant jamais de les exaucer.