Accueil arrow Un message arrow Editos arrow La véritable fête de Pâque

titre_edito.gif


Délivré

La véritable fête

de PÂQUE


Pour bien comprendre l’origine de la fête de Pâque, il faut revenir environ 1500 ans avant Jésus-Christ en Egypte.
Le peuple de Dieu était alors esclave depuis 400 ans d’un roi cruel, puissant et despotique.

Pharaon avait pour but de limiter l’accroissement numérique du peuple hébreu par l’extermination de tout enfant mâle dès la naissance, afin de le dominer et de l’utiliser pour ses intérêts personnels.

 

La vie amère des Israélites était donc réduite à une terrible servitude qui leur arrachait des cris de désespoir et de souffrance.

 

Sous les coups de fouet qui rythmaient leur vie misérable et dure, les Hébreux ont commencé à être entendus du ciel par le Dieu vivant et vrai.

 

A partir de là, le Seigneur s’est employé, avec l’aide de son serviteur Moïse, à délivrer son peuple martyr de l’étau étouffant et des griffes meurtrières de l’homme le plus puissant du monde.

 

Après une série de jugements dramatiques sur l’Egypte, la délivrance d’Israël est associée directement à la Pâque de l’Eternel.

 

L’Agneau de Dieu a fait basculer la plus grande puissance mondiale dans le retranchement et la résignation !

 

Des milliers d’hommes et de femmes sont sortis de l’esclavage, en une seule nuit, pour entrer dans l’ère d’un jour nouveau d’espoir, de possibilités et de liberté…

 

Voici l’Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde.

Encore aujourd’hui, à la lumière du Nouveau Testament, nous comprenons que Dieu a donné à l’humanité esclave du mal, un moyen de connaître la vraie liberté par le Seigneur JESUS-CHRIST !

 

Lorsqu’il a vu venir vers lui Jésus pour se faire baptiser, Jean-Baptiste (dernier prophète de l’Ancienne Alliance) a déclaré : "Voici l’Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde."

 

Pâques n’a rien à voir avec le sens malheureux que notre société a bien voulu lui donner ; Comme pour d’autres fêtes religieuses l’homme a détourné et perverti le sens des valeurs morales et spirituelles des choses que Dieu lui a données.

 

Il n’y a qu’une seule Pâque : celle de la Bible et de Jésus-Christ, qui a donné sa vie et versé son sang sur la croix, afin que nous soyons sauvés de la perdition éternelle.

 

Laissons de côté les œufs en chocolat et les dérives païennes pour nous tourner vers la vérité d’une des plus grandes fêtes religieuses et spirituelles de la Bible : Christ est mort pour nos péchés !

 

Christ n’est pas resté sur la croix mais il est ressuscité

La bonne nouvelle de cette fête s’inscrit aussi dans le fait que le Christ n’est pas resté sur la croix mais qu’il est ressuscité d’entre les morts justement le matin de Pâques.

 

La mort n’a pu retenir dans son séjour le Prince de la vie comme l’hiver ne peut retenir la venue du printemps : il est ressuscité et il vit aujourd’hui pour ramener à la vie tous ceux qui végètent dans les affres d’une existence sans Dieu.

 

Son désir est de nous libérer de l’oppression que nous fait subir le diable par la tyrannie permanente du péché.

 

Il suffit simplement de croire, de reconnaître ses fautes, de les délaisser et de confesser Jésus comme notre Sauveur personnel.

 

Je vous invite donc, en cet instant, devant votre ordinateur, à invoquer sa grâce et son pardon et Christ viendra vous sauver et vous pardonner.

 

Que le Seigneur vous bénisse.

 

Yvan Cassar

 

Retrouvez tous les éditos ici