Accueil arrow Un message arrow Témoignages arrow Je suis certaine de mon salut

Marie-Catherine Arésu

Je suis certaine de mon salut

Marie-Catherine Arésu (Décines)

Je peux dater très précisément le moment où je me suis convertie à Jésus-Christ.
J'avais 35 ans, c'était un matin, 1er dimanche d'octobre 1994. C'était la «rentrée de l'Ecole du dimanche» à l'Eglise Evangélique de Décines, temps d'enseignement de la Bible pour les enfants, durant lequel les chrétiens assistent au Culte.


J'étais mariée depuis 13 ans. Ma belle-mère, chrétienne évangélique depuis plus de 50 ans, fréquentait une Eglise à Montpellier où elle résidait. Venant régulièrement nous visiter, elle me parlait de Jésus, ce qui avait tendance à m'irriter car je pensais connaître Jésus, moi aussi : c'était le petit enfant couché dans une crèche le soir de Noël, l'homme cloué sur une croix, ou ressuscité à Pâques...!

Pourtant, quelque chose m'interpellait dans la façon dont elle vivait sa foi : elle était certaine de son salut ; elle, si réservée de nature, pouvait affirmer avec force et conviction que Jésus était son Sauveur, et qu'elle le retrouverait au ciel après sa mort.

Je travaillais depuis plusieurs années en tant que soignante dans un grand hôpital lyonnais ; de par ce métier j'étais confrontée à la maladie, à la souffrance physique et morale, à la mort... J'avais de grandes angoisses pour mes proches et pour moi-même, angoisses que je ne partageais avec personne. De fait, cette certitude du salut que possédait ma belle-mère me posait question, mon éducation religieuse ne m'ayant apporté aucune réponse à ce sujet.

De son côté, ma fille écoutait souvent sa grand-mère lui parler de Jésus, et posait de plus en plus de questions sur Dieu, sur sa Parole, sur l'éternité. Nous décidâmes donc avec mon mari de l'inscrire à l'école du dimanche de l'Eglise Evangélique et je voulus assister au culte pour écouter, voir... « contrôler » ce qui se pratiquait dans ce lieu car je n'en avais aucune idée !

Au début du moment de louange collective, une parole venant de l'auditoire (300 personnes) m'interpella fortement, voix d'homme assurément mais que je ressentis intensément, d'une manière inexplicable, comme venant directement de Dieu.

Je fus tout à coup bouleversée, ressentant l'amour de Dieu m'envahir à un point tel que je fus incapable au sortir de raconter quoi que que ce soit de la suite de l'office (qui pourtant dura une bonne heure et demie !).

Je mis longtemps à mettre des mots sur ce que je venais de vivre mais je compris que Dieu cherchait à m'atteindre. Je pris de suite la décision de lire régulièrement la Bible et de revenir écouter les prédications.

Petit à petit je découvrais le message de l'Evangile, merveilleux message qui m'a complètement libérée de mes angoisses de mort, et m'a donné des convictions : depuis je peux dire avec assurance, comme ma belle-mère :

« Jésus est mon sauveur et je suis certaine de mon salut ! ».