Accueil

Conférence sur Martin Luther

Le samedi 18 mars 2017

 

 
titre_edito.gif


Où en es-tu dans ta réforme ?

Où en es-tu
dans ta réforme ?

 

 

 

L’année 2017 marque les 500 ans du début de la Réforme protestante (happy birthay). Celle-ci a entrainé d’abord l’Europe puis le monde dans la redécouverte de la Bible, donnant ainsi à tous ses lecteurs les clés de leur salut.

Jean 20/31 : « Mais ces choses ont été écrites afin que vous croyiez que Jésus est le Christ, le fils de Dieu, et qu’en croyant vous ayez la vie en son nom. » Ce verset donne le but de l’évangile de Jean, mais c’est aussi, par extension, le but de toute l’Ecriture.

 

La Réforme a été un retour à l’Ecriture, l’un de ses crédos, en latin, Sola scriptura :

La « sainte Écriture seule » représente la source de toute foi et de toute connaissance que l'homme peut avoir de Dieu : c'est elle, par conséquent, qui constitue la norme critique de tout discours et de toute action chrétienne. (Wikipédia)

Si ce retour à la parole de Dieu a permis de découvrir comment être sauvé, comment être agréable à Dieu, alors la question se pose : Où en es-tu dans ta réforme ?

Où en es-tu dans la découverte de l’Ecriture ? As-tu saisi les clés pour ton propre salut ?

 

Il y a 2000 ans, Jésus-Christ faisait un reproche terrible aux religieux de son époque :

Matthieu 15/6 : « Vous annulez ainsi la parole de Dieu au profit de votre tradition. »

Cette remarque, les réformateurs auraient pu l’adresser au clergé de leur époque, mais ne focalisons pas sur les erreurs des autres et posons-nous la question chacun pour notre part :

« Ne suis-je pas en train d’annuler, détourner, remplacer, la parole de Dieu au profit d’une tradition, habitude, interprétation personnelle ? » Si c’est le cas, il est temps de réformer mon cœur et mes voies.

 

Il y a 500 ans, par l’Ecriture, le moine Martin Luther découvrait par la lecture de l’épître de Paul aux Romains comment être rendu juste devant Dieu par le moyen de la foi, et cela a été une libération pour son âme, libération que sa religion de naissance n’avait jamais pu lui apporter.

C’est pourquoi : lisez la parole de Dieu, laissez-la bouleverser votre cœur et vos habitudes.

Qu’elle puisse réformer (corriger, changer) ce qui a besoin de l’être dans vos vies.

Et, qu’à la question initiale, vous puissiez répondre : ma réforme est en marche !

 

Sébastien Perrone
Le 06/03/2017