Accueil
titre_edito.gif


Le paradis


Le paradis

 

 

On en parle, on l’imagine, on le chante, on le joue sous forme de comédie musicale…, mais tout cela n’est qu’un reflet du sentiment croyant ou souvent ironique de certains, mais si loin de la vérité.

 

Dans le Moyen-Orient ancien, le paradis désignait un Jardin, un Eden aux milles couleurs des fleurs, des plantes, des arbres, des animaux, des êtres célestes. Age d’or, paradis perdu, temps d’une joie toute faite de bonheur sans mesure, sans contrariété, sans fin, sans malheur.

Aujourd’hui, trop souvent, ce paradis est associé aux plaisirs débridés, à la luxure, comme si le bonheur ne se trouvait que dans la sexualité venant récompenser une vie de sacrifices !

Le paradis ne l’est plus s’il n’est que le reflet des fantasmes de certains.

 

Qu’on est loin de la représentation qu’en donne la Bible. Le paradis, ce séjour bienheureux de ceux et de celles qui ont fait la paix avec Dieu par la foi en Jésus-Christ, ce lieu de consolation pour tous ceux et celles qui auront été, à cause de leur foi, objet de violence et d’humiliation, séjour dans la lumière de la présence de Dieu où aucune ténèbre ne pourra subsister.

Et, Dieu même, de dire avec force « qu’il n’y entrera rien de souillé, ni personne qui se livre à l’abomination et au mensonge ; il n’entrera que ceux qui sont écrits dans le livre de vie de l’Agneau » (Apocalypse 21/27).

Ce paradis est offert à tous, cependant pour y entrer il est indispensable de se dépouiller des œuvres des ténèbres, et de revêtir le vêtement du salut, d’une conscience pure et pardonnée de son péché. Au brigand sur la croix, Jésus peut déclarer « aujourd’hui tu seras avec moi dans le paradis » (Luc 23/43), car celui-ci a reconnu que sa condamnation était juste, lui dont les mains étaient souillées de ses crimes. Mais il a obtenu le droit d’y entrer par la foi en Jésus-Christ.

Vous de même, comprenez-le, dépouillez-vous des ténèbres, purifiez vos mains, et placez votre confiance en Celui qui seul donne accès à ce paradis éternel, Jésus le Sauveur de tous.

 

Philippe Bak
Le 17/10/2017