Accueil
titre_edito.gif


Pâques – être sauvé

Pâques
Être sauvé

 

 

 

« Que faut-il que je fasse pour être sauvé ? »

C’est la question d’un gardien de prison alors qu’il venait de voir l’intervention de Dieu en faveur de deux prisonniers, Paul et Silas (Actes 16/25,30). La réponse vient, simple et claire : « Crois au Seigneur Jésus et tu seras sauvé » (16/31).

Un moqueur posa un jour à un évangéliste la question suivante, retournant cette question : « Et pour être perdu que faut-il faire ? » « Rien du tout, dit l’évangéliste, car vous l’êtes déjà ». Car tous ont péché et tous sont sur cette voie de la perdition. Être sauvé, c’est sortir de ce chemin de perdition et venir sur le chemin qui conduit à la vie, la véritable vie. Il vous est possible, aujourd’hui même, de changer de destinée, de changer de route.

 

Pâques, voyez-vous, c’est ce merveilleux message d’une intervention de Dieu en faveur de l’homme perdu, égaré, éloigné et s’éloignant toujours plus du chemin de la vie éternelle. La Bible dit : « le Fils de l’homme, Jésus, est venu chercher et sauver ce qui était perdu » comme le berger cherche sa brebis égarée, comme cette femme qui recherche cette pièce si précieuse de son collier, comme ce père attendant, espérant le retour du fils rebelle, ainsi Dieu, qui vous aime, est venu vous chercher et vous sauver en l’œuvre parfaite du Fils bien-aimé.

La Bible vous dit ce qu’il faut faire pour être sauvé : croire en ce que Jésus le Christ a fait pour vous, croire que sa mort sur cette croix du Mont Golgotha est l’œuvre de Dieu pour vous arracher aux ténèbres d’une éternité sans Dieu. Croire !

Pour être sauvé, vous et moi avons eu besoin de cette Pâque accomplie par Jésus-Christ de Nazareth.

 

Sauvé ! Mais sauvé de quoi ? Il est encore écrit : « Le salaire du péché c’est la mort » (Romains 3/23). Sauvé des conséquences éternelles de nos péchés nous condamnant devant Dieu et nous privant de sa Présence, de sa Gloire éternelle. Et, Pâques, c’est cela, ce n’est pas que le martyr d’un saint, l’héroïsme de quelqu'un qui va au bout de ses convictions, qui meurt pour ses convictions, non, c’est de nos péchés dont il s’est chargé « il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités ; le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris » (Esaïe 53/5).

Avant d’être le chant de la résurrection, le temps d’un printemps nouveau, Pâques c’est l’amour de Dieu manifesté pour nous en Jésus-Christ crucifié pour enlever ce qui nous condamnait, le péché, et nous entraîner, par la foi en lui seul, dans le chemin de cette vie nouvelle, éternelle.

 

Bonnes fêtes de Pâques à chacun et à chacune !

 

Philippe Bak
Le 31/03/2017